Soirée Lewoz des musiciens, chanteurs, et danseurs, se relayent dans un tourbillon de rythme empreint de joie, de rage et de révolte. Le KA étant une des valeurs les plus symboliques de la culture Antillaise.

Folklore et tradition Antillaise avec kamaniok découvrez le GwoKa , le Créole , les Soirées  lewoz, le Zouk

 

 

Dernière Mise à Jour

 

presentation Association

groupe folklorique antillais groupe folklorique antillais Enfants

danse zouk lewoz gwo ka

devoir de mémoire ne jamais oublier

solidarité haiti guadeloupe montsera, martinique

la tradition des chant de noël le gwo ka musique traditionnel des antilles gwada  les maitre du ka Vélo, boisdur  Photos Spectacles  Le meilleurs du Gwo Ka

soirée lewoz le tambour raisonne dans la nuit

les costumes creole présentation

carnaval de londres notting hill 3 jour de folie

carnaval de paris

guadeloupe guyane martinique reunion les departement outremer

le meilleurs de la littérature Antillaise

les 101 inventions

rhum

le punch coco et les autres

la cuisine créole trés épicé avec le meilleur du piment



 

 

 

       

Pour notre reprise des soirées Léwoz nous avons accueilli plus de 450 sympathisants

ce vendredi  8 avril 2016  dans une ambiance qui nous à rappeler le temps d'un instant La Guadeloupe  

 

Historique des soirées  Lèwoz de Ka Maniok

Photo   2005, 2006, 2007, 2008 ,2012 cliquez IcI

Lewoz  Ka Maniok 8avril 2016

Fort d’une expérience de 22 ans, KA MANIOK est

 une association intercommunale ayant pour vocation de diffuser le folklore et les traditions antillaises dans toute l’Ile de France.

 

Elle s’unit au célèbre groupe de musicien antillais Samblaj’ka, composé de tambouyés, chachayés, chanteurs et marqueurs qui garantiront une atmosphère conviviale et chaleureuse tout au long de la soirée.

 


 

 

 

Leur musique s’appuyant essentiellement sur les différents rythmes musicaux qui compose la structure du GWOKA.

 

Toutes les générations se mêleront, afin de rendre hommage à la musique et au tradition guadeloupéenne .

Photos soirée LEWOZ du 

Vendredi 3 avril 2009

Lewoz 2007 à Sainte Geneviève des Bois Enorme Succès plus de 350 Participants

Témoignage
Cher compatriote,
C'est avec un énorme plaisir que je me suis rendu au lewoz. C'était la deuxième édition pour moi. J'y étais l'année dernière et j'ai effectivement constaté une hausse de la fréquentation.
Pour moi le rapprochement de la communauté est important. Ayant toujours vécu en France, il est important de ne pas perdre cette tradition qui avait pour essence de nous divertir de notre condition d'esclave. Tout en

sachant que cette distraction était mal vu des colons...
Je n'ai que 33 ans mais je me suis tout de même rendu compte qu'il y avait très peu de jeunes de moins de 20 ans. Mais justement c'est tout le travail que nous devons entreprendre pour rappeler à notre jeunesse d'où nous venons.
J'ai vraiment passé une très bonne soirée, je vous en félicite. Je voudrais par ailleurs souligner le fait que notre communauté peut organiser des rencontres sans débordement. Il y avait du respect, de la fraternité.

Pour des personnes qui ne se connaissaient pas c'est magnifique, nous étions comme une grande famille. Voilà les valeurs que je partage.
Surtout pour tout ce que vous organisez, n'hésitez pas à m'envoyer vos newsletters. Je répondrais présent dans la mesure du possible.
Merci  A bientôt  Nicolas

** Merci de nous faire part de  vos observations**

 

 

Pour nous Ecrire contact@kamaniok.com

envoyer nous vos  photos

 

 

 

 

AMBIANCE SOIRÉE LEWOZ "Cliquer sur le lien"

Soirées Lewoz
 

Moment de rassemblement de la communauté dans un but social, de réflexion, identitaire et économique. Une swaré léwoz était le moment privilégié de communication, d'échange et de détente entre les esclaves.

Pendant la période des habitations sucrières les musiciens Gwoka était pour la plupart des ouvriers agricoles.

 

C'était souvent les mêmes musiciens qui animaient les léwoz, à savoir ceux du Nord Basse-Terre considérés comme étant les meilleurs, les maîtres (exemple : Carnot, Maugrand, Henri Delos, Christène Aigle, Soptat, Kaya). Les principales régions du léwoz étaient le grand bassin cannier du Nord Basse-Terre et de la Grande-Terre (Moule, Petit-Canal, Saint-François). Vélo lui était un électron libre à son époque, comme Boisbant et certains autres qui relevaient plus des rassemblements festifs, associatifs ou des bodé.

Il est un instrument de musique hérité de la période esclavagiste, 
un élément incontournable du gwo Ka , une forme

musicale qui, elle même, est indissociable du patrimoine  culturel de la Guadeloupe.  

Dès la venue du soir les gens du quartier s'attroupent à proximité de la "kaz" (maison) de l'un d'entre eux, et se disposent en cercle. Ayant capté, les sons du "konk a lambi" (conque de lambi), annonciateurs du "léwoz" ou les premiers crépitements des tambours, ils se sont approchés à la lueur des "chal touné" (torches) qui resteront allumés durant toute la nuit.En Guadeloupe, l'un des hauts lieux des lewoz se trouve dans les grands fonds de Sainte-Anne.

 

- La Bamboula

Amusement, danse du Dimanche, de fête de commune.
Style réglementé par les maîtres à l'origine car le gwo ka a subi beaucoup de vicissitudes, de restrictions par crainte d'un langage qu'ils ne maîtrisaient pas.

Alors, ils autorisaient les fêtes "gentilles" du dimanche; (c'est probablement ce qui a donné la Biguine ou le quadrille, qui sait?).
De nos jours, il faut souligner l'apport des travaux de Gérard Lokel, au même titre que Guy Konket, Loyson, ou Vélo.

L'esprit d'innovation et d'ouverture qui a tracé de nouvelles voies au Gwo Ka devrait favoriser le développement de cette musique.

La danse est étroitement liée à la tradition musicale. Musique des tambours et chants pour les danses de léwoz, musiques orchestrées, pour les quadrilles, la mazurka, la valse créole et la biguine. Parmi ces danses, la plus enracinée est celle qui se pratique sur les rythmes du Ka, danses rituelles, de fertilité agraire etc.

Nous ne devons jamais oublier que le Ka nous vient de l'esclavage, et que l'une de ses principales fonctions était la transmission, de son, de message, de chaleur, d'émotions.. Pendant longtemps, cet instrument était associé aux vyénèg
(mauvais nègre), aux nèg a ronm (ivrognes).  

Le Gwo  KA est l’âme même du peuple Créole,  dans ces rythmes nos ancêtres esclaves  ont laissé toute leur souffrance et leur révolte ;  interdit avant 1848, ignoré, méconnu. Le Ka, avec toute sa puissance  revendique aujourd’hui sa place comme étant la musique privilégiée de la culture du peuple créole. 

Le rythme unificateur est le "boula noir" ou toumblack. Ce style est présent surtout en Grande terre, dans les Grands Fonds. Le lewoz au commandement Avec un commandeur qui "gérait" les couples de danseurs à la manière du quadrille, système figé, tombé dans l'oubli depuis de longue date.

- Le Lewoz au commandement :
Avec un commandeur qui "gérait" les couples de danseurs à la manière du quadrille, système figé, tombé dans l'oubli depuis de longue date.

 

 Certains groupent culturels perpétuent cette tradition ancestrale :

 

 Kanpèch, Gwabaka, Odja, Kalenda, Vidanj, Fey a madè, pour ne citer que ceux-là. et Ka Maniok

 

 

 




 

Les veillées

Robert Loyson en 1964 a été le premier à avoir chanté des veillées au tambour.

Il n'y a pas d'instrument, mais la musique est rythmée vocalement par des onomatopées appelées boulagel, banjogita, sonora-waka.

Robert Loyson en 1964 a été le premier à avoir chanté des veillées au tambour.

Il n'y a pas d'instrument, mais la musique est rythmée vocalement par des onomatopées appelées boulagel, banjogita, sonora-waka.
Robert Loyson en 1964 a été le premier à avoir chanté des veillées au tambour.
Le rythme unificateur est le "boula noir" ou toumblak. Ce style est présent surtout en Grande-Terre, dans les Grands Fonds. Nous avons perdu dernièrement l'un de nos derniers grands, Sergius Geoffroy, illustre chanteur de veillées de la Guadeloupe profonde, saintannais de souche qui a laissé un répertoire d'ailleurs fort riche, donc de très belles chansons. Mais si le chant a pris fin, la veillée est loin de s'achever sans le déroulement du "SOVEVAYAN"

SOVEVAYAN 

Deux "vayan" ou "majo" (deux homme forts ) se font face au milieu de la ronde  et luttent corps à corps jusqu'à ce que l'un des deux renverse l'autre. Le SOVEVAYAN est accompagné d'un chant dont les paroles sont à dessein provocantes:

 

 

 




 

Pour apprendre le Gwo Ka  nous vous recommandons  l'ouvrage   METOD-KA de maître Christian DAHOMAY  contac :  B.P 23  97122 BAIE MAHAULT CEDEX

 


Votre Livre ici ?