Ka Maniok promouvoir la culture et les traditions Antillaise nos activités danse folklorique, soirée lewoz, voyage, devoir de mémoire, zouk, animation. Venez nous rendre visite vous aurez du soleil plein les yeux.

Folklore et tradition Antillaise avec kamaniok découvrez le GwoKa , le Créole , les Soirées  lewoz, le Zouk

 

 

Dernière Mise à Jour

 

presentation Association

groupe folklorique antillais groupe folklorique antillais Enfants

danse zouk lewoz gwo ka

la tradition des chant de noël

devoir de mémoire ne jamais oublier

solidarité haiti guadeloupe montsera, martinique

la tradition des chant de noël le gwo ka musique traditionnel des antilles gwada  les maitre du ka Vélo, boisdur  les maitre du bélè  Le meilleurs du Gwo Ka

soirée lewoz le tambour raisonne dans la nuit

les costumes creole présentation

carnaval de londres notting hill 3 jour de folie

carnaval de paris

guadeloupe guyane martinique reunion les departement outremer

le meilleurs de la littérature Antillaise

les 101 inventions

rhum

le punch coco et les autres

la cuisine créole trés épicé avec le meilleur du piment

 

 

 
Une Pensée Pour Haiti!
 

 

 
 

Le 13 février  avec Ka Maniok  Une Pensée Pour Haïti !

Merci à tout nos partenaires

Municipalité de Ste Geneviève des Bois, Tamak, Biloute, Grégory Rom-Tyam, Magguy Faraux, Les Matians,  Eloisha, Semblaj, Pancho & Goums , Somnanbil, Mini’Ka, Ka Maniok, Association espoir et Merveille, Association Rivière Froide, sculpteur Fred Epaminondas.

Je tenais à vous remercier chaleureusement pour votre participation active à notre manifestation de Solidarité pour Haïti, Votre engagement rapide à permis la réalisation en seulement 4 semaines de cette manifestation ou le public nombreux a pu apprécier vos talents.

Mobiliser un grand nombre de personnes en si peu de temps n’était pas évident et pourtant nous étions plus de 250 personnes. Vous trouverez bientôt le bilan de cette journée de solidarité, ainsi qu’une série de photo de vos animations.

Grace à vous tous, Ka Maniok remettra un chèque de 1715,58 euros à l’association Rivière Froide pour financer l’envoi en Haïti  d’un container à la fin du mois de mars, contenant les dons en nature que vous nous avez confiés.

Il est entendu que l’association Rivière Froide nous informera du suivi et de l’arrivée de ces dons ainsi que la répartition entre leurs Orphelinat et la population Haïtienne.

Je tiens aussi à remercier la Municipalité de Ste Geneviève des bois pour leur soutien et la mise à disposition  de la salle Gérard Philipe et moyen technique.

Henry Primeon

Président de l'Association Ka Maniok

Voir les photos Ici

 

Info 0625077046                       contact@kamaniok.com

 
Nos Artistes SOUVENIR

L'Ambassadeur des Antilles est parti

Rebecca Valentine MARIVAL France-Antilles Martinique 07.10.2009

Le compositeur de « Sans chemise sans pantalon » est mort hier. Hommages d'artistes.

Gérard La Viny, surnommé l'Ambassadeur des Antilles, est décédé ce mardi, à 12h20, heure de Paris, des suites d'une longue maladie, à l'âge de 76 ans. Le compositeur de « Sans chemise sans pantalon » , « Ba mwen an ti bo » et de nombreuses autres mélodies célèbres, avait reçu des mains du ministre de la culture Renaud Donne- dieu de Vabres l'insigne de Chevalier des arts et des lettres. Gérard La Viny est parti, mais la légende des tropiques a tout de même sa relève. Hormis la grande famille des chanteurs et musiciens de biguine... il nous reste son fils Eddy, lui-même musicien.
Rebecca Valentine Marival
(France-Antilles Guadeloupe)
Hommage à l'auteur-compositeur guadeloupéen Gérard LA VINY

Le musicien guadeloupéen est décédé le 6 octobre à Paris à l'âge de 76 ans. Créateur de nombreux chansons-phare de la biguine, il avait contribué à populariser la musique antillaise à Paris. Le président du Conseil régional lui rend un hommage appuyé.

Le député et président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL, fait part de sa vive émotion après la disparition de son ami Gérard La Viny :

« Je prenais régulièrement de ses nouvelles et je savais qu’il était très mal ces derniers jours. Je m’incline respectueusement devant la mémoire de ce grand Guadeloupéen qui représente à lui seul une part considérable de notre patrimoine culturel.

Je salue un auteur-compositeur de très grand talent dont beaucoup ne mesurent probablement pas tout l’apport à notre univers musical et au-delà. Ainsi, peu nombreux sont ceux qui savent qu’il avait participé à l’adaptation en français du grand opéra de Georges GERSHWIN « Porgy and Bess ».

C’est à ce grand artiste que nous avions rendu un grand hommage il y a tout juste un an, dans les jardins de la Région, lors de l’ouverture du 1er GWADLOUP’ FESTIVAL, en présence de son fils Eddy (en photo), qui suit ses traces et de son filleul Emile ANTILE. Pour illustrer notre souhait de valoriser notre patrimoine musical en général et la biguine en particulier, nous voulions ainsi couronner la carrière magnifique d’un amoureux des mots et des belles mélodies.

Au nom de l’ensemble des élus et du personnel du Conseil régional, je présente à sa famille et ses proches mes condoléances émues ».

Tout les membres de Ka Maniok  se joignent à moi pour exprimer leur tristesse face à la disparition de notre ami Gérard La viny que j'ai eu l'honneur de rencontrer, nous présentons à sa famille nos sincères condoléances..

 
 
 

Hommage à José FERGÉ

Mon ami Mon frère 

José FERGÉ, fondateur de « Boukema II », Président de Flèche Créole d’Epinay sous Sénart.

Mon ami, mon frère,
Lui qui nous rendait si heureux, nous a dit adieu le 13 juillet 2008, il ne pourra plus revenir, il a baissé le rideau.
Animateur hors pair, il savait haranguer les foules, créer une ambiance festive, nous faire oublier l’espace d’un instant nos soucis. Chanteur de Gwo ka, plusieurs albums à son actif avec son groupe Boukema II « roi tambour », « mi nou » et des titres phares a si champ d’arbaud, éléonor, liberté, Mandéla…Avec lui, nos galas, concerts étaient d'emblées une réussite, il savait se mettre en symbiose avec le public.

Il savait nous donner de son rire, sa joie, sa bonne humeur.
José "mon ami, mon frère", phrase qu’il aimait dire : Nous te saluons où que tu sois , un mot pour te dire que tu nous manques déjà.

  Le Fabuleux Rire de José

      Hommage à José FERGÉ    

Merci

POUR LUI RENDRE HOMMAGE CLIQUEZ ICI

Pour lire les messages de sympathie CLIQUEZ ICI

Merci aux Associations

Merci aux Musiciens

Merci aux Amis

Merci aux Anonymes

Merci à la Municipalité d'Epinay sur Sénart

 

Grace à vous, José a eu un très bel hommage :

La veillée à été une réussite, vous étiez plus de 300 personnes à accompagner notre Ami, notre Frère. Vous avez adhéré remarquablement à cet élan de solidarité par votre présence et votre générosité.

 L’association Ka Maniok rend donc hommage à cet homme grand artiste, nègre et fier, et vous propose de remplir ce formulaire  afin d’y apposer vos messages de sympathie et toutes vos réactions. 
 

 

Marcel Mavounzy

Producteur, fondateur de la Case à Musique et premier éditeur de musique en Guadeloupe, Marcel Mavounzy est décédé le 15 avril dernier à Paris à l’âge de 86 ans. Ses obsèques ont été célébrées le dimanche 24 avril 2005 à Pointe-à-Pitre.

M. Mavounzy©Ed. Présence Africaine

Avec la disparition de Marcel Mavouzny c’est tout un pan de la musique antillaise en général et guadeloupéenne en particulier qui s’écroule.

Mémoire de la musique en Guadeloupe, il n’avait pas son pareil pour vous raconter les origines du mas à Saint Jean dans les défilés carnavalesques de Pointe-à-Pitre dans les années 1945-1946 ou pour vous parler de son premier enregistrement de gwo ka avec le « met tambou » Vélo.

C’était en 1963 et Marcel aimait à rappeler comment le curé de la paroisse de « la Pointe » était venu le voir pour le menacer d’ex-communion. Un sort qui lui était de nouveau promis en 1966 après l’enregistrement du fameux « zombi barré moin » de Chabin (Germain Calixte).

Un homme controversé

A l’époque le gwo ka était considéré comme la musique des « vieux nègres » et des gens des campagnes. Il était méprisé par les institutions coloniales et les élites locales. C’est dire que Marcel Mavounzy ne manquait pas de panache et d’esprit d’entreprise.

Le pionnier de l’enregistrement phonographqiue

En 1953, il avait été le premier à réaliser un enregistrement phonographique, sur un disque 78 tours, dans les Antilles françaises. C’était à Pointe-à-Pitre, rue Vatable, dans un minuscule galetas. C’est là qu’il fera œuvre de pionnier en enregistrant, sous la marque Emeraude la Case à musique, des biguines de Paul-Emile Haliar et de l’orchestre Esperanza jazz.

La biguine

La biguine était un genre que Marcel Mavounzy, avec son esprit volontiers frondeur, revendiquait comme pleinement guadeloupéen. Il est vrai que son frère Robert Mavounzy, de deux ans son aîné, a été, à la toute fin des années 1930, parmi les premiers à venir en jouer à Paris avec son compatriote le tromboniste Al Lirvat avec lequel il fera les beaux jours de la Cigale.

Son parcours musical

En Guadeloupe, Marcel Mavounzy aura l’occasion d’enregistrer Emilien Antiles, Casimir Létang, ou encore Daniel Forestal. Il deviendra ensuite animateur des fêtes communales durant lesquelles s’affrontaient les orchestres les plus en vogue du moment. Surtout il fut, dans les années 1970, un artisan, en tant que producteur, du succès des Viking’s. Créés par Guy Jacquet, Camille Sopran’n Hildevert et un certain Pierre-Edouard Décimus, les Viking’s allaient, plus tard, donner naissance au mythique groupe Kassav’.

Un enfant prodige
Né en 1919 à Colon au Panama, de parents guadeloupéens, venus pour la construction du Canal, Marcel Mavounzy parlait couramment quatre langues : le créole, le français, l’espagnol et l’anglais.

Installé à Pointe à Pitre, avec ses parents, en 1927, il en sera un enfant prodige. Tour à tour, joueur de banjo, producteur, chef d’entreprise ou animateur radio. Il cultivait l’art de se souvenir, évoquant, avec égale mesure, le gouverneur Eboué et les marchandes de charbon à l’ombre de l’usine Darboussier.

 

La culture caribéenne
Son intérêt pour la culture caribéenne était vif. Il a enregistré Loulou Boislaville en Martinique et emmené de nombreux groupes de la Caraïbe en Guadeloupe.

A la fin de sa vie, il a rédigé un remarquable ouvrage Cinquante ans de musique et de culture en Guadeloupe* qui retrace le formidable bouillonnement musical dans l’archipel entre 1928 et 1978. Ecrites sur un ton très personnel, ces mémoires nous donnent à voir toute la galerie des plus grands musiciens guadeloupéens d’Al Lirvat à Alain Jean-Marie en passant par Robert Loyson. Une encyclopédie vivante qui porte un éclairage original sur l’histoire du gwo ka et de la biguine. Ses connaissances approfondies en la matière en faisait d’ailleurs un conférencier recherché.

Aujourd’hui son humour, sa démarche flegmatique nous manquent déjà. Et surtout nous nous souviendrons de sa façon de nous prendre le bras pour nous conter ce riche passé dont il fut un acteur et un témoin engagé et qu’il avait à cœur de transmettre aux plus jeunes générations.

*(Editions Présence Africaine, 2002)

Louis-Gérard Salcede, le 26 avril 2005

 

Source  http://musiques.rfo.fr/article47.html

 

 

 

 

 

Téléthon 1998, riche année pour l'Association Ka Maniok;  après avoir respecté notre devoir de mémoire, nous ne devions pas oublier les réalités d’aujourd’hui, nous  connaissons  tous des personnes atteintes de maladie neuromusculaire, handicapées. Depuis de nombreuses années l’A.F.M grâce aux dons du Téléthon, a fait des progrès remarquables dans la recherche, les soins, et l’environnement du malade.  Aux Antilles il y a de nombreux  de malades, les structures sont peu adaptées. Là  aussi, il reste  encore beaucoup à faire. Notre lutte est de  continuer à leur obtenir des moyens, ainsi c’est notre avenir et celui de nos enfants que nous préserverons.

 

L’Association Ka Maniok et le Groupe Bwa Bandé partenaires à maintes occasions tant au niveau culturel que sportif se sont mobilisés pour organiser à  Sainte Geneviève des Bois, un " LEWOZ POUR LA VIE " qui débuta le   

vendredi 4 décembre 1998 à 20h00 au samedi 5 décembre à 20h00  .

Pendant 24 heures le Groupe Bwa Bandé, l'Association  Ka Maniok  et tout leurs sympathisants se sont  relayes pour jouer du KA (percussion tambour)  en chantant et en dansant; ce défit nous y avons cru  et  avec le soutien de tous  nous y sommes parvenus.

Le combat pour la guérison,  beaucoup de malades le mène chaque jour avec courage. La participation massive à ce grand  mouvement de solidarité c’est une certaine façon leur rendre hommage.

Bilan

Pour la première édition le public est venu nombreux, tout au long de cette manifestation. 

Notre défi 24 heures de percussion non stop avec le groupe      « BAW BANDE »

 

Des  malades handicapés sont venus nous encourager.

 

Avec leur aide nous avons fait un bout de chemin ensemble au rythme  des  tambours qu’ils ont d’ailleurs fort  apprécié.

 

Les conclusions que nous en tirons de cette manifestation:

 

Surpris par la  force de vivre des malades qui nous ont inspire le respect et non  la pitié, le contact avec les bénévoles du téléthon qui se dépensent sans compter pour assurer  la réussite de toutes les initiatives. 

Pour les autres éditions un partenariat plus efficace  avec les médias, les  Associations Antillaises .

Je remercie tous nos partenaires  A N T , DOM HEBDO, ESPACE FM  de nous avoir fait confiance.  

 Nous avons versé à l’AFM la

     somme de 3814,13 frs 

Nous sommes fiers d’avoir ainsi contribue avec tous nos adhérents à la grande chaîne de la  solidarité.

 

 Cela a été  un challenge difficile, que nous avons su mener au bout de nos espoirs.

Henry  PRIMEON

 


Votre Livre ici ?